PROVINCE DE ALBACETE - TERRE DE DIVERSITÉ - GuiasdeToledo
838
single,single-post,postid-838,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-10.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
albacete-provincia-entrada

PROVINCE DE ALBACETE – TERRE DE DIVERSITÉ

« La province d’Albacete est une terre de contrastes. Chaque recoin se singularise par la diversité de ses paysages. La Manche, dans une perspective horizontale, s’étend vers le nord-ouest, les Cordillères Bétiques sont situées au sud et à l’est et, enfin, le socle paléozoïque qui affleure dans la Sierra del Relumbrar et dans la vallée de la rivière Guadalmena, depuis Alcaraz jusqu’à Villapalacios, et qui délimite notre province avec celles de Ciudad Real et Jaén.
Témoin de cette diversité régionale : le Campo de Montiel qui s’étend à la pointe extrême occidentale de la province, depuis Barrax et Lezuza, jusqu’à Ossa de Montiel, en passant par Viveros, El Ballestero, El Bonillo et Munera. Le relief est doux et de nombreuses sources y naissent. Celle qui versent au nord composent les Lagunes des Ruidera, espace naturel de grand intérêt environnemental et de visite obligatoire. La Sierra de Albacete, quant à elle, présente des alignements plus ou moins parallèles constitués d’escarpements agrestes et plus simples. De ce relief escarpé se détache le pic de La Almenara, qui surgit à l’horizon.
Ce sont les mêmes escarpements que l’on retrouve vers Elche de la Sierra, Liétor et Hellín. Un peu plus au sud-est nous entrons dans la zone de Yeste où les rivières comme le Tus y le Zumeta s’encastrent parfaitement. À l’extrémité orientale se situent les corniches de Socovos et Benizar et ses vallées encastrées entre d’abruptes montagnes, à la frontière de notre région et celle de Murcie. Vers le sud, Sierra de Albacete atteint sa hauteur maximale avec la sierra del Taibilla, à Nerpio, et son versant septentrional dont les nombreux sources sont à l’origine de la rivière Segura qui donne son nom à la cordillère.
À ce paysage montagneux, quoique moins accentué, appartient également la sierra de Chinchilla de Monte Aragón au nord-ouest, qui s’étend depuis ce pittoresque village jusqu’à la limite de la région de Valence. De ces couloirs naturels émergent certains « pics » tels que ceux de Alatoz et Carcelén, ou des « buttes témoins » comme le Monpichel.
À cette diversité s’oppose, au centre et au nord de la province, l’homogénéité des plaines de la Manche, de Villarrobledo et La Roda, les paysages horizontaux de Albacete et de la Manchuela.
Le ciel et la terre se confondent au loin, octroyant à ses laborieux habitants un paysage d’une grande sérénité et les plus beaux couchers de soleil que l’on puisse contempler, ainsi que la surprenante vallée du Júcar, un véritable enchantement. Son lit forme une profonde vallée aux parois escarpées où se fixèrent d’anciennes populations, profitant de ces particularités pour y établir leur emplacement médiéval. »

Miguel Panadero Moya. UCLM.

Etiquettes :
,
Il n’y à aucun Commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.

Si continuas utilizando este sitio aceptas el uso de cookies. más información

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar